Calendrier des blogs
<< décembre 2004 >>
lumamejevesadi
293012345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829303112
15/12: Turquie : 60 lâches au Parlement Européen
11/12: Débats à Lima
8/12: Trois fées sur le berceau de la Communauté Sud-Américaine
7/12: À l’Ouest, du nouveau : la création de la Communauté Sud-Américaine
6/12: Vol avec un Tory
2/12: Surcharge au Parlement européen

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Débats à Lima


samedi 11 décembre 2004

Bon, j’accélère, ou je ne finirai pas de raconter ce voyage, et les fêtes approchent.
Après le grand moment de Cuzco, les réunions « en chambre » des trois jours suivants à Lima sont un peu plus fades, mais certaines rencontres très belles…
Bien sûr, il y a mon rôle officiel. Bien briefé par Alain (...)


En réponse à :

Comment on devient président de délégation

lundi 17 janvier 2005

Désolé pour le problème d’encodage, votre texte est apparu comme ça à l’arrivée et nous ne pouvons (heureusement ?) pas "retrafiquer" les messages parvenus sur le site. Si vous nous lisez , vous pouvez peut-être essayer de nous le renvoyer....

J’ai repésenté l’Union à cet évènement en tant que "président de la délégation du Parlement pour la Communauté Andine des Nations". Le PE, comme la plupart des parlements je suppose, est divisé en groupes politiques, en commissions thématiques, en "délégations" pour les différentes régions du monde. Le nombre des membres de chaque groupe dans une commission ou délégation est proportionnel au poids des groupes. Au sein des groupes, on se répartit à l’amiable les postes disponibles. Puis chaque délégation désigne ses présidents et vice-présidents.

Mais cette désignation, au parlement européen, est formelle. Par un vieux "gentlemen agreement", toutes les présidences sont réparties selon la règle d’Hondt. C’est une règle pour classer l’ordre de choix entre les différents groupes à la proportionnelle. Le premier groupe choisit le poste qui l’intéresse, puis, dans l’ordre, les groupes suivants. Ce qui peut poser des problèmes quand un groupe propose un mauvais candidat.

En général on peut négocier, et à ce moment-là la légitimité du candidat (expérience, notoriété, adéquation au poste) est décisive : "Nous aimerions beaucoup avoir la présidence de telle délégation et nous proposons X pour ce poste, alors s’il vous plait ne le demandez pas avant nous". Pratiquement, les Verts ont eu presque toutes les présidences qu’ils voulaient, et qui étaient des délégations "à problème" dont les autres n’avaient pas très envie : la Turquie, l’Iran, le Caucase (Marie-Anne Isler-Béguin) et... pour moi, la CAN, où il n’y a que des problèmes !


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.