Calendrier des blogs
<< avril 2006 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
27/04: Sud-Américains à Bregenz. Tchernobyl.
21/04: Dans les décombres du Non : UE, CAN, Verts français…
18/04: La manif de Cherbourg. Le retour du 122.
14/04: Dialogue social ferroviaire, répression policière
7/04: Ces soi-disant libéraux...

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Ces soi-disant libéraux...


vendredi 7 avril 2006

Comme je le craignais, cette semaine a d’abord été marquée par notre lourde défaite, en plénière, sur mon rapport sur politique de la Concurrence. Le texte ayant été complètement édulcoré en Commission économique et monétaire, les Verts ont tenté de réintroduire par amendements, avec votes nominaux, trois (...)


En réponse à :

Ces soi-disant libéraux...

lundi 29 mai 2006

Oups, désolé, sur le précédent post, j’avais oublié de signer.

"Je dis et maintiens que refuser le doublement du pouvoir des représentants directs des citoyens (et notamment, pour la première fois, l’extension de leur contrôle à la politique agricole commune) , dire que « c’est pas franchement une avancée parce qu’un député ça se lobbyise », c’est la définition traditionnelle de l’anti-parlementarisme"

Non ce n’est pas de l’anti-parlementarisme. L’antiparlementarisme consisterait à vouloir supprimer la fonction parlementaire. Je ne veux pas la supprimer, je souhaite la compléter et la controler par le vote des citoyens. Enorme différence !

Concernant le lobbying, la publicité, la propagande et la démagogie. On peut certes les regretter, mais je ne vois pas comment on peut légiférer (ou "constitutionaliser") contre ça. Cest comme le mensonge ou les promesses non tenues, ça fait partie malheureusement de la nature humaine... Une assemblée (le PE par ex.) est consitutée de simples êtres humains censés répresenter un nombre plus grand de leurs congénères. Ils ne sont ni mieux, ni moins bien que les autres et tout aussi visés par le lobbying, la publicité, la démagogie et aux pressions. Mais, grosse différence, ils sont moins nombreux (le principe même de la représentation). Si tu veux influencer, lobbyiser, ou, poussons le bouchon un peu plus loin, corrompre pour faire passer une idée qui va seulement dans tes propres intérêts, c’est beaucoup plus facile de le faire sur un groupe de quelques centaines de personnes que sur quelques millions (quatre ordre de grandeurs d’écart !). Malheureusement dans le système démocratique purement représentatif, comme c’est le cas en France et dans beaucoup de pays d’Europe, il n’y a pas de "fusible" populaire au cas où une décision (acte législatif, par ex.) est prise au nom d’intérêts particuliers et non pour l’intérêt de 50,00001% des citoyens au moins. Dans le cas de la Suisse, ce droit de véto existe. Et c’est tant mieux parce que les parlementaires suisses sont tout aussi influençables, lobbyisables ... que leur collègues européens. La différence c’est que eux acceptent le "fusible". Ce n’est le cas ni en France, ni en Europe. ça, c’est un fait. Donc quand tu as parlé dans ton billet de lobbying au PE, j’ai réagi pour te montrer une limite importante de la representativité dans une décomratie.

"Nous nous sommes battus pour qu’il y ait un referendum sur le TCE, et nous avons gagné"

ça c’est bien. ça veut dire que les Verts se rendent compte que les citoyens européens ont leur mot à dire dans le processus constitutionel. Donc logiquement, Les Verts devraient comprendre que des citoyens comme moi souhaitent pouvoir remettre en question et voter des actes legisltifs élaborés par des parlementaires. Tout comme ils devraient comprendre que des citoyens comme moi souhaitent avoir l’initiative legislative et constitutionnelle (suvi d’un vote populaire !).
Si ce n’était pas le cas, les Verts auraient quelque part un problème de cohérence dans leur approche de la démocratie...

"mais nous n’avons pas eu le referendum que nous demandions : le même jour dans tous les pays"

Effectivement ça c’est triste. C’eut été nettement plus cohérant et ça nous auraient évité des "arguments" du genre : "bouh, vous les nonistes, vous êtes méchants parce que vous allez priver la Lithuanie du TCE !".

" Je critique ce Non des Français car, comme vous dites, « ils avaient les moyens constitutionnels de changer les choses et ils n’ont rien fait en ce sens » : ils ont préféré en rester à Maastricht -Nice. Ou plutôt ils ont été « lobbyisés » par des partis et des démagogues qui les ont convaincus que, pour changer d’Europe, il fallait répondre Non à la question « Autorisez vous le gouvernement à remplacer Maastricht Nice par le TCE ? »"

c’est une critique tout à fait respectable vu ton approche de la construction de l’Europe. Moi je vois les choses sous un angle différent. Finalement c’est peut etre ça la "fracture" (pour utiliser un terme médiatique à la mode) entre les politiques et les citoyens... La seule différence, c’est que moi je ne dis pas que tu as été lobbyisé par je ne sais quelle entité. J’ai foi en ta capapcité d’analyse et de jugement. Un des travers de la démocratie purement représentative, c’est qu’un certain nombre d’élus (ou de "nommés") pense que la politique c’est l’affaire des "professionels", des "experts", de "ceux qui savent" par opposition au citoyen lambda qui, lui, n’y pige que dalle. J’espère que tu n’en fais pas partie. En France ça se retrouve dans toute la classe politique mais, à mon sens, particulièrement chez vos partenaires du PS. Inutile de te dire que je ne partage pas du tout cette vision de la démocratie.

Pour en revenir à ta critique elle-même, elle est d’autant plus respectable si elle est cohérante avec la politique française :
- les parlementaires français (dont des Verts) ont l’initiative de la révision de la constitution pour instaurer de la démocratie directe. Ils ne l’ont pas fait, quelque soit la majorité en place. Très critiquable.
- Meme critique pour le sommet de l’exécutif français.
- Avant le référendum sur le TCE, cela faisait 14 ans (!!!!!!) que les citoyens français n’avaient pas été consultés sur l’Europe (notamment pour le controversé Traité de Nice). Très critiquable également.
Donc si l’on veut construire une France et une Europe démocratique (les deux sont intiment liés à mon avis) et si l’on veut critiquer objectivement le non français (à fortiori quand on fait partie d’un parti qui a eu des responsabilités legislatives et executives), il ne faut pas se focaliser seulement sur le vote meme du 29 mai. Il faut englober toutes les critiques !

"Ce sera surement beaucoup mieux que tes "arguments" à l’emporte-pièce du genre "la gauche européenne n’en veut pas"(où ai-je ecrit ça ??????? reference SVP),"

Je copie-colle : "Un autre problème est qu’une grande partie de la gauche européenne pense que les referendum c’est fasciste (remarque de Michel : !?!?!?!!) ou du moins bonapartiste. Dans mon enfance et mon adolescence toute la gauche le pensait en France, jusqu’à ce que Mitterrand en convoque un. En Allemagne, qui a une sale experience, c’est constitutionnellement interdit"
http://lipietz.net/breve.php3?id_breve=59, mardi 11 janvier 2006, 11h55, 3ème paragraphe.

J’ai du mal à croire qu’on puisse considérer le référendum comme fascite et être follement emballé par la démocratie directe...

"Mais dire comme vous le faites que ce sujet (comparaison France-Suisse) est « au moins aussi important que sur la communauté andine, la concurrence non-faussée ou la constitution européenne » relève encore une fois de cet antiparlementarisme que vous illustrez. Vous reprochez à un député de rendre compte hebdomadairement à ses électeurs de son action pour laquelle il a été élu, pour laquelle il est payé, et plutot bien payé. Vous pouvez vous contre-foutre de la communauté andine et de la concurrence faussée par les monopoles Orange-SFR ou les subventions indues à Ryanair."

Là tu déformes carrément mes propos. Je ne me contrefous pas du tout des sujets mentionnés. Bien au contraire, en lisant ton blog, j’apprends plein de choses que je ne connaissais pas et c’est fort intéressant. D’ailleurs c’est une de mes réactions à l’un de ces billets qui est à l’origine de cette discussion ! Cela dit, la question et la reflexion de la construction DEMOCRATIQUE de l’Europe me semble "au moins aussi importante" car c’est un (ou ça devrait être...) des fondements de l’Europe politique. Or cette reflexion (si l’on prend mon point de vue, la remise en question de la repesentatativité par plus de participation et de controle citoyen) n’a pas commencé ou n’est que peu avancée. C’est pourtant une question qui conditionne directement la légitimité du PE (avant meme de commencer n’importe quels travaux sur la concurrence, la comunanuté andine ou autres questions importantes) et de l’UE dans son ensemble. Une critique récurrente vis-à-vis de l’UE c’est que ça "marche sur la tête" parce que on a crée un marché avant de créer un espace politique. Je dirais même plus, on veut créer un espace politique avant même d’avoir une démocratie !

"Rien en effet sur la comparaison France-Confederation Helvétique, sujet sur le quel je n’interviens pas car je ne l’ai pas travaillé (mais j’en ai entendu parler et, je l’avoue, en termes plutôt moins dithyrambique que les vôtres)."

c’est bien dommage ! Il y a pourtant là matière à beaucoup de réflexion et d’inspiration (pour toi et tes collègues des verts) sur cette démocratie moderne (représentative et directe) et qui marche plutot bien ! Ce n’est pas le cas de la France, ni de l’Europe, malheureusement ... C’est pourtant en pérode de crise qu’il faut s’ouvrir aux nouvelles idées et aux nouveaux concepts. On ne peut certes pas "parachuter" (comme tu disais dans un de tes posts) le système helvétique à la France et à l’Europe mais on pourrait certainement en adapter certains principes.
En publiant sur tu blog, tu rends compte de tes activités parlementaires et tu developpes ta vision politique. Tu partages ton expérience politique avec tes électeurs et tes lecteurs.
Moi je ne suis qu’un simple citoyen mais je vis depuis 10 ans en suisse. J’ai donc l’expérience de deux systèmes démocratiques différents (dont l’un marche fichtrement mieux que l’autre, crois-moi !). En réagissant à tes billets, je te fais bénéficier de mon expérience qui, sur ce point précis, est peut etre un peu plus large que la tienne. Autant en profiter, non ?

"Mais la vertu, en démocratie, c’est de faire ce pour quoi on est élu."

Absolument. je n’ai rien dit de contraire. je compléterais cependant en disant que la vertu, en démocratie directe, c’est de de réléchir ce sur quoi on a été invité à s’exprimer par l’intermédiaire de son vote (et non d’une simple signature sur une pétition) et, pour le cas de la suisse, sur ce que l’on propose (initiative !) à ses concitoyens. Et ça je pense ça intéresserait, en France et en Europe, beaucoup plus les gens que de voter pour machin ou bidule, ou pour "la gauche" ou "la droite".

"Moi aussi, et j’attends avec impatience la fin de ce mandat pour ne plus travailler qu’à ce qui me plait et déjà finir mon livre sur Mallarmé."

Cette remarque me rappelle la fin de ma thèse....!!!
On a (presque) toujours le choix dans la vie. Il faut "juste" assumer ensuite... Je te souhaite de pouvoir retourner à ta (tes) passion(s) au plus vite (2009 ?).

Cordialement.
Michel


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.