Calendrier des blogs
<< octobre 2005 >>
lumamejevesadi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
31/10: Mariage d’une fée
27/10: Semaine calme à Strasbourg
20/10: Séminaire du groupe Vert
16/10: Ses purs ongles très haut…
13/10: L’affaire Rhodia
11/10: Parité, Caritas, etc
6/10: Le plan B-B-B à fond la caisse
5/10: Une semaine ordinaire à Bruxelles

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Séminaire du groupe Vert


jeudi 20 octobre 2005

Cette semaine, mon blog a fait relâche. Le groupe Vert du PE était en effet en séminaire à Marseille. Les Verts marseillais avaient mis les petits plats dans les grands : accueil inoubliable, merci à toutes et à tous !
Je mets néanmoins sur le site mes interventions écrites pour deux évènements qui (...)


En réponse à :

> Est-ce que vous comprenez pourquoi on ne vous croit plus ?

lundi 31 octobre 2005

Cher Alain,

Pour l’excellent texte dont vous parlez, fût-il écrit par votre compagne, le peuple (français) en a peut-être jugé autrement ? L’excellence est souvent affaire de parti pris. Et il ne suffit pas toujours de se prétendre porte-parole des femmes pour l’être effectivement. La voix n’a pas porté, et quand la voix ne porte pas, c’est qu’elle n’est pas "juste". Faut-il le reconnaître.

Pour ce qui est du forum "réservé", concernant l’oeuvre nommée Mallarmé, je pense en effet qu’il l’est (réservé je veux dire) : n’avez-vous par avance remercié tous vos amis de leurs insignes et fatales contributions ? Et qui se risquerait à ajouter quoi que ce soit de commun à cette savante communauté, triée sur le volet ? un mot après l’autre, traquant l’impossible, l’impossible à la fin reste coi. Echec et mat pour la Poésie.

Maurice Blanchot lui, que vous citez égalemment, n’a fait que consacrer toute sa vie à la littérature. Erreurs, errances. Tout comme Mallarmé (ce qui lui restait de vie, après les cours et ... et ...). C’est toute la différence d’avec votre critique : un "jeu", le plus brillant possible, avec des personnes tout aussi brillantes, dont vous évidemment.
Mais il est clair que qui n’engage pas sa vie de ce côté là n’a pas la voix, ne reconnaît pas la voie de ce qui ne dit ni ne se tait, incessant ressassement en nous et hors de nous. Qui prétend à la vie n’a pas accès à cette autre nuit, nuit des poètes ? aube du poème ? folie, éternité des amants ? la mort dans cette vie. La parole du Poète a aussi un autre nom : Soledad. Et cette solitude de la parole lui rend son unicité que rien ni personne n’abolira fût-il savant fût-il prophète.

Dire, mais redire encore une fois, oui, pour dire à quel point l’origine nous manque.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.