dimanche 26 mars 2017

















Accueil du site  > Vie publique > Articles et débats > François Fillon, ou le retour de la Bourgeoisie pas Bohême
fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression suivre la vie du site
par Alain Lipietz | 25 novembre 2016

François Fillon, ou le retour de la Bourgeoisie pas Bohême
Publié dans Libération
Le succès inattendu de François Fillon dans la primaire de la droite et du centre vient dynamiter le schéma fantasmé d’une France divisée en deux classes : le Peuple et les Bobos, les Bourgeois – Bohêmes. N. Sarkozy visait le Peuple, A. Juppé les Bobos déçus de la gauche. F. Fillon rafle la mise en rappelant qu’il existe une bourgeoisie tout court, pas forcément de province.

Depuis une dizaine d’année, géographes et sociologues avaient peu-à-peu construit un modèle, conforté par une masse convergente de statistiques. Il oppose fondamentalement les métropoles, connectées aux flux de la mondialisation, et une France restée en marge où seraient relégués les victimes de celle-ci. Cette polarisation — indéniable — rend compte de la nouvelle carte du vote d’extrême-droite : après avoir prospéré sur les ruines du modèle des Trente glorieuses, dans les banlieues ouvrière des métropoles, il prospère dorénavant sur un spectre beaucoup plus large : les régions de mono-industrie en crise, la « rurbanisation » de grande banlieue (loin des transports en commun), les petites villes et campagnes en voie de désertification, celles aussi que menace la crise du modèle productiviste. Bref : tout, sauf les centres métropolitains et leur banlieue immédiate.

Ce constat, qu’illustrent par exemple les travaux du géographe J. Lévy, et que l’on retrouve dans tout l’occident et jusque dans la géographie du vote Trump, est la base de théorisations beaucoup plus risquées. Ainsi, E. Todd y retrouve un schéma séculaire qui opposait déjà France républicaine et France européiste, celle-ci, via la « seconde gauche » catholique, ayant subvertie la première et donc livré le Peuple républicain au Front national. Schématisme culminant dans Qui est Charlie ?

Dans la même veine, les théorisations de C. Guilluy. Les métropoles ne seraient pas occupées par la gauche chrétienne (les « catholiques zombie »), mais par les Bobos alliés aux immigrés. Ce bloc, votant PS ou Vert, aurait évincé le Peuple, qui se refugierait en grande banlieue ou serait bloqué dans le rural. Ruiné par le libre échange imposé par l’Europe et ses tenant locaux (les Bobos), surtaxé par les manies écolos, il n’aurait plus d’autre solution que le vote FN, à moins que la droite Sarkozyste ne regagne ce peuple en déshérence, au lieu de courir comme Juppé le Girondin après les Bobos.

Ayant consacré une partie de ma vie de chercheur à l’analyse de la division sociale de l’espace français, je restais sceptique. Passons sur l’idée (raciste) que les immigrés ne fassent pas partie du Peuple et l’idée (fausse) qu’ils ne vivent qu’en métropole. Restent des questions massives : Où est passé la Bourgeoisie ? La Bourgeoisie pas Bo ? Qui a mis la main sur les Beaux Quartiers ? Les immeubles cossus des villes moyennes ? Le triangle Neuilly-Auteuil Passy ? Les banlieues fleuries et bien aérées du grand triangle Saint-Cloud – Rambouillet Saint-Germain-en-Laye, que le Schéma Directeur d’Ile de France ne prévoit pas de densifier, au contraire des banlieues sud et est, qui n’en peuvent mais ? Les notables des petites villes de l’Ouest prospère ?

Et bien voilà. Cette bourgeoisie « normale », celle dont le cinéma des années 70 avait dénoncé le charme discret, celles des années Pompidou-Giscard, elle est toujours là, et vient, avec son électorat, de se choisir Fillon. Et exactement au même endroit : l’Ouest , le cœur des villes moyennes, le quart ouest de la mégapole capitale, etc. Toujours catholique, mais pas prête à lire l’encyclique Laudato si’. Avec le même mode de vie, les mêmes côtés sombres. Le hasard a voulu que la presse couvre en même temps le procès de Nathalie Michellier, « la Bovary de Chambéry » : un vrai film de Claude Chabrol.

Certes, l’effet métropolisation/ mondialisation /tertiarisation impose une légère inflexion. Les vrais cœurs métropolitains-mondialisés ont donné la majorité à Juppé : l’est parisien, la première couronne anciennement rouge désormais occupée par les classe moyennes intellectuelles et les immigrés. En Val-de-Marne, la frontière entre métropole (Juppé) et plateau briard (Fillon) passe au niveau d’Alfortville. Mais la majorité de la droite s’est donnée au héros le plus proche de ses traditions.

Certes, la marque Sarkozy sera durable sur Fillon. Ce pourrait être une chance pour la gauche. Qui peut croire que la France irait mieux avec 500 000 enseignants, infirmières, postiers et policiers de moins, en remettant en question l’avortement et le mariage pour tous ? Pompidou et Giscard d’Estaing n’y auraient pas cru. Un espace s’ouvre, qu’Alain Juppé aurait occupé, et que se disputeront E. Macron, Y. Jadot, JL Mélenchon et X du PS.

Malheureusement, rien ne pourra faire, avant des années, que le quinquennat Hollande n’ait pas stérilisé le discours socialiste en menant la politique de Macron et Valls, ou que le mouvement ouvrier n’ait pas raté le tournant européen.




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique