dimanche 30 avril 2017

















Accueil du site  > Vie publique > Articles et débats > Pour ou contre la baisse des prix du carburant ?
fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression suivre la vie du site
par Alain Lipietz | 30 mars 2000

Libération
Pour ou contre la baisse des prix du carburant ?
Interview jumelée avec Michel Charasse
Libération : Les taxes sur le prix de l’essence sont-elles trop élevées en France ?

Alain Lipietz - Non, elles ne le sont pas si l’on veut respecter le traité de Kyoto, signé en 1997, sur les conséquences de l’effet de serre. Or la conférence climatique impose à la France de ramener avant l’an 2008 sa production de gaz carbonique - dont la voiture est la principale cause - à un niveau comparable à celui du début des années 90. Si l’on veut tenir nos engagements, une hausse de 35 centimes au litre est indispensable. Car les prix ont un réel effet dissuasif sur l’automobiliste. On sait que tous les usagers passés de l’essence au gazole augmentent de 20 % leur kilométrage.

L : Une telle position n’est pas très sociale. Ne pénalise-t-elle pas les catégories les plus défavorisées ?

AL : Oui, et c’est un vrai problème. Mais le principe pollueur-payeur doit être corrigé quand le pollueur est financièrement limité. Des compensations sont ainsi imaginables pour les RMistes et les contrats emploi-solidarité par exemple. L’employeur, sur le mode de la carte orange à Paris, pourrait ainsi prendre en charge les frais d’essence liés aux déplacements professionnels des plus précaires, pollueurs malgré eux. L’instauration de bons d’essence est aussi possible. Une autre solution, encore plus juste socialement, serait d’augmenter les minima sociaux. Reste une évidence : les plus défavorisés sont les 30 % qui n’ont pas de voiture et souffrent pourtant de sa nocivité.

L : Une hausse de l’essence favoriserait-elle la prise de conscience liée à la pollution auto ?

AL : Oui, à condition de faire preuve de pédagogie. Le gouvernement devrait lancer une campagne nationale sur les conséquences de l’effet de serre et du gaz carbonique (asthme, cancer, etc.). Il faut aussi accompagner les prix dissuasifs à la pompe de mesures alternatives : transports en commun, vélo, taxi collectif ?

L : De quelle marge dispose le gouvernement ?

AL : C’est une question de courage politique. Or, la gauche plurielle, à l’exception de Verts, n’a rien d’écologiste. Et puis Bercy n’a jamais brillé par ses talents de pédagogie. Quant au lobby auto, il s’adapte très vite. Si le prix augmente, les constructeurs vont illico relancer la course à l’économie. Il a suffi qu’on brandisse la menace d’une péréquation du prix gazole-esssence pour que Peugeot sorte dans les quinze jours un diesel moins polluant.

Recueilli par Christian Losson




Le blog
  • [18 juillet 2014]
    Gaza, synagogues, etc

    Feu d’artifice du 14 juillet, à Villejuif. Hassane, vieux militant de la gauche marocaine qui nous a donné un coup de main lors de la campagne (...)


  • [3 juin 2014]
    FN, Europe, Villejuif : politique dans la tempête

    La victoire du FN en France aux européennes est une nouvelle page de la chronique d’un désastre annoncé. Bien sûr, la vieille gauche dira : « C’est la (...)


  • [24 avril 2014]
    Villejuif : Un mois de tempêtes

    Ouf ! c’est fait, et on a gagné. Si vous n’avez pas suivi nos aventures sur les sites de L’Avenir à Villejuif et de EELV à Villejuif, il faut que je (...)


  • [22 mars 2014]
    Municipales Villejuif : les dilemmes d'une campagne

    Deux mois sans blog. Et presque pas d’activité sur mon site (voyez en « Une »)... Vous l’avez deviné : je suis en pleine campagne municipale. À la (...)


  • [15 janvier 2014]
    Hollande et sa « politique de l’offre ».

    La conférence de presse de Hollande marque plutôt une confirmation qu’un tournant. On savait depuis plus d’un an que le gouvernement avait dans les (...)


Tous les blogs

Derniers forums du blog
Mots-clés associés
D'autres articles de la même rubrique