Calendrier des blogs
<< octobre 2005 >>
lumamejevesadi
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
31/10: Mariage d’une fée
27/10: Semaine calme à Strasbourg
20/10: Séminaire du groupe Vert
16/10: Ses purs ongles très haut…
13/10: L’affaire Rhodia
11/10: Parité, Caritas, etc
6/10: Le plan B-B-B à fond la caisse
5/10: Une semaine ordinaire à Bruxelles

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Ses purs ongles très haut…


dimanche 16 octobre 2005

Mon « devoir de vacances », résultat de nombreuses années de réflexion sur ce poème de Mallarmé, est maintenant assez avancé pour que j’en livre à la critique une première version.
Vous pouvez la télécharger (pdf, 350 ko), et je serai heureux de connaître vos réactions, soit en privé soit directement (...)


En réponse à :

L’athéisme de Mallarmé...

jeudi 24 janvier 2013

Bonjour M. Lipietz,

Tout d’abord merci. Merci pour ce beau texte, pour cette analyse riche qui a fini de me faire aimer le "sonnet en or-ix".

J’ai tout particulièrement apprécié vos rapprochements avec les poèmes de Hugo, de Baudelaire, d’Edgar Poe et de Rimbaud, qui m’ont forcé à regoûter ces poèmes dont j’oubliais la beauté.

Et puis, ce dialogue improvisé entre le maître Mallarmé et le disciple étonné, excité d’apprendre ! - certainement mon passage préféré.

Cependant, je retrouve dans votre commentaire le même constat sur l’athéisme avéré de Mallarmé (vous allez même jusqu’à l’appeler matérialiste !) que j’ai retrouvé dans tous les commentaires sur Mallarmé que j’ai lus, et qui chaque fois m’a désolé.

Évidemment, je n’affirme pas que vous avez absolument tort de penser cela, car vous en savez certainement plus que moi. Mais j’ai abordé Mallarmé par le biais de la spiritualité et non de la littérature, et cette approche m’a donné une lumière différente sur sa crise spirituelle de Tournon-Besançon, me faisant comprendre (par le truchement de mon expérience personnelle), non pas que Mallarmé a définitivement renoncé au divin, à l’Idéal spirituel (Dieu), mais qu’au contraire la disparition de son "moi" a rétabli son unité originelle avec le divin.

J’explique un peu cela sur mon blog (où je me suis permis d’intégrer un lien vers votre essai). Mon texte est loin d’être une dissertation, il ne cherche même pas à convaincre, mais il expose un point de vu que je suis étonné de n’avoir pas encore retrouvé parmi les commentateurs de Mallarmé.

Il me semble que Mallarmé a tout simplement vécu une expérience qu’en spiritualité on appelle "l’éveil", et qui n’a aucun lien avec l’athéisme.

Si cela vous intéresse, je serais heureux que vous me donniez votre avis sur la question.

Dans tous les cas : encore merci !

Je prends votre texte comme un cadeau. Je suis heureux que des gens tels que vous prennent plaisir à partager autant de richesse.

Bien à vous,

Adrien Badedji

Le lien vers mon article :


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.