Calendrier des blogs
<< novembre 2010 >>
lumamejevesadi
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293012345
23/11: EELV et retraites : suites
22/11: Les premiers pas de Europe-Ecologie-Les verts
12/11: Les "regrets" de la Sncf.

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Les "regrets" de la Sncf.


vendredi 12 novembre 2010

Le PDG de la Sncf, Pepy, présente ses « regrets » pour la collaboration de l’entreprise à la Shoah. Plus de détails ici : http://lipietz.net/spip.php?article2583
La Sncf facturait les trains de la honte à l’Etat français (même après la Libération) et à l’Agence de voyage de la Reichbahn (qui payait (...)


En réponse à :

"Regrets" de la Sncf et role de la justice.

jeudi 18 novembre 2010

Je vais bien entendu vous laisser le dernier mot. Toutefois, je ne peux pas laisser passer ce que vous venez d’écrire. Vous savez mieux que quiconque que cette conception « punitive et vengeresse » de la justice que vous m’attribuez n’exclut pas la réparation, bien au contraire. C’était d’ailleurs l’essence même du dispositif voulu par René Cassin : « … il appartient au législateur de fixer les règles suivant lesquelles pourront être indemnisées les personnes victimes des mesures prises en exécution de ces lois d’exception (lois antisémites du gouvernement de Vichy, ndr.) » (arrêt Ganascia 1946). C’est une grande et belle justice que celle qui naît, de façon consciente et voulue, de la solidarité entre les hommes et qui n’a pas besoin de passer par le prétoire. Vous auriez raison si on s’était contenté de punir les coupables en méconnaissant par ailleurs le droit à réparation des individus. Mais vous savez bien que ce ne fut pas le cas

Et de fait, tout le monde s’accorde à dire que tout ce qui pouvait être fait pour les victimes a été fait, dans la mesure du possible, étant bien entendu qu’on ne pourra jamais réparer l’irréparable. Ainsi, le rapport de la Mission Interministérielle d’Etude sur l’Indemnisation des Victimes de la Déportation (13 janvier 2000) identifie 42 mesures, intégrées dans le code des pensions, portant sur les droits ouverts aux déportés, aux internés ou à leurs ayant cause.

Enfin, comment pouvez vous dire que « s’attaquer aux personnes morales c’est chercher à les réformer » ? Est-ce que vous pensez vraiment et sincèrement ce que vous écrivez ? Vous savez bien qu’une personne morale n’a pas de conscience ; c’est une pure construction juridique. Comment pourrait-elle s’amender, s’améliorer ? D’ailleurs nous avons sous les yeux l’exemple de la volte face de la SNCF : quand elle était face à la famille Lipietz, qui ne représentait qu’elle-même, elle clamait son innocence. Maintenant qu’elle se trouve face à des interlocuteurs puissants, et que ses intérêts économiques sont en jeu, elle reconnaît sa culpabilité. Vous voyez bien ! Que faut-il de plus pour vous convaincre ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.