Calendrier des blogs
<< février 2010 >>
lumamejevesadi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
26/02: Europe écologie : mouvement politique de masse ?
16/02: Europe Ecologie : contradictions de campagne. Les convois de la honte.
8/02: Europe Écologie. Bernard Langlois. Guy Marimot, Marie-Renée Legrand

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Europe écologie : mouvement politique de masse ?


vendredi 26 février 2010

La longue série des réunions-débats d’Europe-Écologie s’achève, les grands meeting départementaux ou régionaux commencent… J’ai beaucoup aimé la période débats, dans les dix derniers jours encore : en Loire-Atlantique, Saint-Affrique et Millau au Larzac, à Vichy, comme à L’Hay-les-Roses ou Villejuif dans ma (...)


En réponse à :

Macro-économie des économies d’énergie

dimanche 28 février 2010

merci pour les éclaircissements (j’avais oublié de dire que l’impôt était aussi un outil de "lissage" vis à vis du pouvoir d’achat, pas dans le temps mais dans le choix des contributeurs).
Réponse à l’exercice : la france fait faillite à cause de la nationalisation avant de pouvoir faire quoi que ce soit ? :)

blague à part du coup l’exercice nous a inspiré un nouvel article pour le numéro 3 de JR. Si ça vous dit de vous en emparer... :)

Article connexe 2 : Nationaliser Total, faux épouvantail, vrai bonne idée ?

L’entreprise aux 13 milliards de bénéfice n’en finit plus de parler d’elle, alors que son projet de suppression d’une raffinerie sur le territoire français a mis le pays au bord de la pénurie de carburant. Certains, comme notre parrain Alain Lipietz, suggèrent l’hypothèse (en forme d’exercice de style) d’une nationalisation, qui viendrait notamment sanctionner l’irresponsabilité sociale et environnementale de l’entreprise. Ce faisant, la France se doterait d’un levier de développement formidable dans les énergies renouvelables (les profits de l’entreprise pouvant être intégralement redirigés au développement de celles-ci) tout en s’assurant un certain contrôle de ses approvisionnements énérgétiques devenu essentiel à l’heure où les tensions géopolitiques sont de plus en plus liées à ces questions. Mais est-il encore aujourd’hui possible de nationaliser une entreprise, tant vis-à-vis des institutions communautaires que par rapport l’opinion publique ? Le deuxième inconvénient étant levé du fait même des caractéristiques de Total, le cas pourrait poser un précédent en forme de révolution copernicienne.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.