Calendrier des blogs
<< février 2010 >>
lumamejevesadi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
26/02: Europe écologie : mouvement politique de masse ?
16/02: Europe Ecologie : contradictions de campagne. Les convois de la honte.
8/02: Europe Écologie. Bernard Langlois. Guy Marimot, Marie-Renée Legrand

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Europe écologie : mouvement politique de masse ?


vendredi 26 février 2010

La longue série des réunions-débats d’Europe-Écologie s’achève, les grands meeting départementaux ou régionaux commencent… J’ai beaucoup aimé la période débats, dans les dix derniers jours encore : en Loire-Atlantique, Saint-Affrique et Millau au Larzac, à Vichy, comme à L’Hay-les-Roses ou Villejuif dans ma (...)


En réponse à :

Macro-économie des économies d’énergie

dimanche 28 février 2010

Imaginons une victoire d’EE dans toutes les régions. Le 22 mars les études commencent et les premiers coups de pioche sont donnés au 2 janvier 2011. Pour ces 4 années on peut augmenter le budget régional de 10 ou de 20 % (dès l’année 2011), selon que l’on emprunte ou pas. Naturellement Sarko et l’UMP été battus en 2012 et l’autonomie budgétaire a été rendue aux régions. Il s’agit d’emprunts sur 15 ans avec différé de deux ans.

À partir de 2013 on doit en effet commencer à rembourser, mais les recettes des investissements de 2012 commencent à tomber dans la poche des Régions (ou des régies qu’elles subventionnent). A supposer même qu’il faille néanmoins augmenter les impôts de 15 % (en 2013 par rapport à 2009), parce que la pression à la gratuité totale des transports en commun a augmenté, déclenche –t-on une chute de la demande des ménages que l’on avait simplement différé en 2010 en votant un budget équilibré par l’emprunt ? Non, car les premières économies de dépense d’énergie commencent aussi à tomber dans la poche des ménages, qui du coup augmentent fortement leur demande en produits non importés.

L’emprunt a non seulement « lissé la conjoncture » (en évitant la un choc-impot fin 2010, ce qui me paraît un peu tôt dans le déroulé de cette crise) mais aussi « lissé la structure », cad. adapté le timing des flux monétaires au timing des flux réels.

Le premier effet est un effet conjoncturel de tous les emprunts, le second effet tient au caractère récessif des dépenses en pétrole importé.

Enfin, le taux réel de l’emprubnt est effectivemnet important mais tout l’effort des eurodéputés Verts (et non sans succès) a été de faire accpeter le principe du "PTZ" (0%) de la part de la BEI avec refinancement à la BCE pour les emprunts structurels anti-effet de serre.

Exercice : que se passe-t-il si Total(-Elf) est (re)nationalisé et ses profits intégralement recyclés en investissement de production d’énergie renouvelable en France ?


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.