Calendrier des blogs
<< février 2010 >>
lumamejevesadi
272829303112
3456789
10111213141516
17181920212223
2425262728291
26/02: Europe écologie : mouvement politique de masse ?
16/02: Europe Ecologie : contradictions de campagne. Les convois de la honte.
8/02: Europe Écologie. Bernard Langlois. Guy Marimot, Marie-Renée Legrand

Cliquez sur le smiley choisi

Poster un message

En réponse à :

Europe Écologie. Bernard Langlois. Guy Marimot, Marie-Renée Legrand


lundi 8 février 2010

La campagne Europe Ecologie d’Ile de France s’ébroue enfin, tandis que l’UMP étend sur la France une lourde chape raciste à visée électorale, sous le prétexte d’identité nationale et de débat sur la burqa.
J’avais déjà donné ici mon point de vue sur l’identité nationale et sur le foulard islamique. Je suis (...)


En réponse à :

Soutanes, mosquées, islamophobie française.

mardi 9 février 2010

Je ne suis pas sûr que considérer des Etats comme porte-paroles d’une religion soit une bonne chose. Le point de vue de ce Palestinien chrétien est typiquement "levantin" sur le fond (c’est bien l’empire ottoman puis le mandat français ou anglais qui imposèrent les équilbres religieux) et tactiquement c’est la seule carte qu’il peut encore jouer. Mais la laïcité en France, c’est l’égalité de traitement par l’Etat de l’athéisme et des différentes religions. Elle n’est pas subordonnée à ce que font les pays à majorité religieuse différente. Et si l’Egypte et l’Autorité Palestinienne autorisent les églises nouvelles mais pas l’Arabie Saoudite et l’Iran, on fait quoi ?

Nous avons un autre vrai problème sur les mosquées : la loi de 1905 a de fait érigé le catholicisme en religion de la République « réduite aux acquêts » en obligeant les mairies à entretenir les églises construites avant cette date et à les mettre à disposition des cathos, tout en interdisant de financer d’autres édifices religieux… alors qu’il n’y avait ni mosquée ni synagogue avant 1905 !! Il y là une rupture grave de la laïcité, à mon sens. Que l’Arabie Saoudite soit laïque ou pas ne fait rien à l’affaire, me semble-t-il.

Quant à la présence des soutanes dans les édifices d’enseignement public, bien évidemment ! J’ai fini ma scolarité alors qu’il y avait encore des soutanes. Les aumôniers en soutane circulaient librement dans les lycées et quand ceux-ci étaient des pensionnats, il y avait des chapelles (comme dans les hôpitaux et les casernes, c’est une conséquence de la liberté religieuse). Et bien sûr, quand un prêtre était par ailleurs enseignant d’une discipline non religieuse il gardait sa soutane ! J’ai eu ainsi à l’X un prof d’algèbre en soutane, le père Bass.

Je suis sûr d’ailleurs qu’un imam ou un rabin aurait eu exactement les mêmes droits. Mais les jeunes musulmans eux n’avaient aucun droit. Quand le jeûne du ramadan se rompait après l’horaire d’extinction des feux, ils bouffaient dans leur lit au dortoir à la lueur d’une lampe de poche !

Je crois que c’est là le fond du problème. La République, qui venait de perdre 10 millions de Français-e-s musulmans et manes (archi-voilées…), se fichait largement du problème religieux mais n’avait toujours pas compris que si elle avait perdu le cœur des Algériens c’était pas mal de sa faute. Aujourd’hui, l’islamophobie est à nouveau le refus de tenir compte de la présence de l’autre, "revenu" pour bosser, mais toujours avec la même religion différente de la majorité de la « métropole ». Religion à laquelle on ne fait toujours pas sa place, d’ou martyrologie, prosélytisme etc (très minoritaire mais très visible !) L’islamophobie sert alors de présentation « politiquement correcte » du racisme post-colonial.

J’ai diné à Rabat avec des cadres marocains de l’Etat et du privé "revenus travailler au pays". Ils étaient partis étudier en France sans intention de retour, ou seulement pour des études qu’ils/elles ont fait trainer le plus possible en France. Ils/elles se sont plu en France et ils détestaient la dictature d’Hassan II. Et puis avec Mohamed VI le Maroc leur est apparu comme à peu près viable alors que la situation se dégradait en France : sans etre vraiment rejetés ils restaient de seconde catégorie. Alors, après 15 ou 25 ans de France, il sont "revenus".

Ces convives étaient athées ou "faiblement religieux". Donc c’est dans le milieu professionnel et la rue qu’ils ou elles ont ressenti la sous-considération... Mais la persécution d’un foulard qu’elles ne portaient pas (et auraient surement condamné) n’était pour elles et eux qu’une autre facette d’une promotion injustement refusée etc...

Quant au NPA il a l’avantage de baigner en ambiance internationale. Il sait que la politique de ses partis frères ou cousins (d’une IVe internationale ou autonomes comme le SWP britannique) ignorent totalement l’exception française et trouvent normal, voire gratifiant, d’avoir même des porte-paroles en foulard... et féministes.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.