Calendrier des blogs
<< juin 2006 >>
lumamejevesadi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012
26/06: Le Non de droite à l’offensive
21/06: Attention ! Blog triste
12/06: Les X, Gergorin, Les Ecossolies, la Sncf
7/06: Victoire posthume de mon père à Toulouse.
3/06: Le PE a bon cœur . Tiers secteur.
1er/06: Pat chez les Verts. Toulouse et Arno Klarsfeld.

Poster un message

En réponse à :

Le Non de droite à l’offensive


lundi 26 juin 2006

Ca va nettement mieux par rapport à mon blog triste. D’abord, la nouvelle opération de ma compagne Francine s’est bien passée. D’autre part, les nombreux messages amicaux d’un peu partout m’ont un peu réchauffé le cœur. Cela dit, je persiste et signe, la France va vraiment très mal. Cette affaire « (...)


En réponse à :

Référendum pan-européen ?

samedi 15 juillet 2006

"Et bien non. 54 % de Français nous ont dit « Cette Europe là, celle de Maastricht Nice, vous la gardez, on n’y touche pas [...] Que les vainqueurs aillent faire la fête avec leur traité de Maastricht-Nice, leur comitologie et leur droit de veto des gouvernements, soigneusement préservé. Et qu’ils nous laissent tranquilles. "

Je passe sur le ton - qui me surprendrais moins si le propos, entendu dans quelque coulisse, était narré dans le Canard enchaîné -, il faut vivre avec le temps d’une démocratie moderne.

Je passe sur les amalgames et parallèles historiques que vous déposez sur cette page, c’est un jeu dans lequel je ne veux pas renter. A mon âge, étudier l’Histoire est déjà un devoir ; assumer les crimes de mes ancêtres, non. Me prononcer sur des partis pris en matière d’histoires officieuses ou pas, à quoi bon ? Je trouve juste étonnant que vous en soyez réduit à multiplier ainsi les parallèles historiques, surtout que chacun sait que depuis 20 à 30 ans, toute tentative en la matière est hautement hasardeuse. Et vous parlez d’un traité constitutionnelle, pour une confédération d’Etats-nations, … de l’Europe. Ca fait beaucoup de précédents, non ? N’importe quel citoyen sérieux, qui plus est un représentant, devrait avoir la prudence d’éviter de recourir à ce genre de parallèles.

Le coup de projeter sur les citoyens la responsabilité d’un choix entre la peste et le choléra, par contre, ça me heurte.

Tout d’abord, les Français, je veux parler des citoyens, n’ont pas voté pour Nice. On leur a imposé Nice, on leur a proposé le TCE. (Me concernant, je n’ai pas pu voter pour Maastricht : trop jeune. Mais des traités constitutionnels de fait, il s’en est signé plusieurs sans l’aval des peuples.)
Sortir cette tirade, un an passé après le 29 mai 2005, c’est honteux.

Mais rien de bien nouveau là-dedans. Par contre, je crois qu’il y a un autre malentendu d’ampleur :

Votre "qu’ils nous laissent tranquilles"... je comprends bien que vous ayez maintes raisons de vous agacer.

Mais je ne vois aucun rapport entre vous, et le "vous" de votre phrase. Vous n’êtes pas Constituant, vous n’êtes pas le Président de la République non plus. Autrement dit, sur cet aspect, vous ne faites pas les questions ni ne sollicitez les réponses.

Les Français ne vous ont pas élu pour voter oui ou non à une quelconque clause constitutionnelle, ou à une proposition d’aménagement de constitution. Votre avis en la matière nous intéresse sans doute, votre vote non.

Quand vous écrivez, fut-ce avec bonne foi, "Nous nous sommes donc battus avec la rage du condamné au bagne pour la petite fenêtre de liberté, de droits et de démocratie, de « call back » et de contrôle sur les exécutifs qu’offrait le TCE",
je passe sur l’acceptation de bien des horreurs économiques et d’impuissance politique pour un petit progrès par-ci par-là ;
songez qu’il ne peut s’agir de votre part que de donner des conseils, certainement pas de décider quoi que ce soit. Tout ce que vous voterez qui puisse toucher au contenu de la constitution, je n’y peux rien et n’ai pas à en répondre.
Je ne sais pas de quel "nous" vous parlez. Je n’ai jamais toléré qu’un parti, le votre ou les autres, réclame un vote de synthèse en son sein pour un pareille question.

Puisque malheureusement, il s’agit d’un traité, le droit des traités dit : unanimité ; ratification suivant protocoles en vigueur dans chaque Etat contractant. En France, par référendum.

C’est bien ce qui vous excuse de faire l’amalgame entre les signatures de représentants et celles de peuples. Vous n’avez pas choisi vous mêmes d’imposer le concept de traité constitutionnel.

Mais dans ce cas, s’agissant de nous Français, votre vote vaut celui d’un citoyen, et ce le jour ou le référendum est organisé.

Par ailleurs, s’agissant de ce "fameux" amendement que vous avez rejeté le 14 juin, que vous votiez contre un amendement juste parce qu’il provient d’un parti ennemi, et n’ayez pas honte à le dire (le démenti du PSE va dans ce sens) c’est un symptôme d’un grave problème que constitue, dans un Parlement, la solidarité de parti contre l’intérêt général.

Vous êtes élus par les Français, que je sache. Pour les représenter tous. Vos nombreuses allusions à des interprétations nécessairement abracadabrantes de la signification du vote des français, au poids ou aux motivations de l’extrême droite en la matière, je m’en ficherai bien, sauf qu’elles me heurtent, pas simplement parce que je suis de gauche, européiste et fédéraliste, mais même parce que c’est mon droit de démocrate qui entend voir respecter les règles.

Vous nous parlez de Référendum pan-européen. C’est très bien. Mais :

 vous parlez par ailleurs de la machine Europe qui serait bloquée, soumise au veto d’un peuple, d’un Etat, à cause de la règle de l’unanimité.
Mais vous prenez les choses à l’envers : il n’y a pas de veto, ni d’obligation d’un peuple à contracter une constitution dont il ne veut pas si l’alliance n’est pas décrétée avant même que le vote se fasse.

- À quand une Constituante européenne ?

Je crois sincèrement que la grande majorité des élus des peuples européens ont un grave problème, celui de représenter tout à la fois deux entités incompatibles auxquelles ils doivent leur fonction : une machine anti-démocratique déjà créée, et les peuples qu’ils représentent...

Le protocole de ratification française par référendum est intervenu dans la foulée (manifestement, vous l’oubliez et passez outre).

Ce dilemme permanent, c’est la porte ouverte à toutes les contorsions et dérives.

Demandez à tous les européens ce qu’ils pensent du concept d’un Traité constitutionnel...
Arrêtons de nier des évidences, des contorsions et des dérives de cette ampleur, des imbrications abracadabrantes de compétences, un texte aussi lisible et bourré de paradoxes que la Bible, ne viennent pas par hasard.

Les chèques en blancs d’un processus soit disant constituant, les articles II-111, 112, sont des problèmes tout aussi graves sinon plus que des principes de "concurrence libre et non faussée" martelés jusqu’en tête de la Charte des droits fondamentaux.

Toutes ces paroles confuses émanent d’une machine très mal construite.

Tous les dialogues de sourds naissent de questions mal posées.

Des théories sur le NON, on en a vu des milliers. Je crois que les plus pertinentes ne sont pas les plus complexes : les Français, et bien des européens sans doute (il serait bon de rappeler que les Espagnols n’ont pas voté sur la partie III) veulent une démocratie avant de savoir si on va étendre la machine ou pas, ils veulent savoir et signer une constitution avant de se voir imposer la liste des Etats de l’UE qu’elle réunira.
L’unanimité n’est ni le veto ni le consentement sans consentement.

Que nos élus prennent les choses à l’envers avec autant d’aplomb ne montre qu’un parti pris pour la machine plus que pour leurs peuples. S’ils ne voient pas qu’il reste un choix entre populistes et populistes, c’est que la machine doit les protéger assez de la crainte de perdre leur boulot.

Me concernant, j’ai pris mon parti, le seul qui me semble encore valable, tant les autres options sont mauvaises : celui d’appeler à l’élection d’une véritable constituante, et dans l’attente, de pousser le bouchon jusqu’à contribuer, comme simple citoyen, à écrire une future constitution.
Je conteste donc aussi votre affirmation selon laquelle les nonistes ne font rien pour proposer une nouvelle constitution. Vu le temps que je consacre à notre sujet, moi qui bosse à plein temps dans l’industrie et dont ce n’est pas le devoir, j’ai encore ce droit.
Inutile de préciser que, n’ayant aucunement l’intention d’ "exercer", je m’arroge le droit, contrairement à vous, de collaborer à la rédaction d’une constitution.

Cela fera sans doute rire pas mal de gens qui ne me font plus rire.

Mes respects.


modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.